Le manager vu du ciel

Aujourd’hui je vous propose un peu de légèreté, beaucoup même puisqu’il s’agit de grimper à bord d’une montgolfière pour voir le management sous un autre angle, un angle humoristique. Je suis tombée sur cette blague, j’espère qu’elle vous fera autant rire que moi.

Un homme survole la campagne à bord d’une montgolfière. Il réalise soudain qu’il est perdu. Il réduit son altitude et aperçoit bientôt un autre homme au-dessous de lui. Se rapprochant en descendant encore, il est à portée de voix et lui crie :

– « Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? J’ai promis à un ami de le rejoindre il y a une demi-heure, mais je ne sais plus où je suis ! »

L’homme à terre répond :
– « Bien sûr ! vous êtes à bord d’une montgolfière se déplaçant à environ 10 mètres du sol, entre 40 et 42 degrés de latitude Nord et entre 58 et 60 degrés de longitude Ouest. »

– « Vous devez être un Ingénieur » avance l’aérostier.

– « C’est exact. » répond l’homme à terre « Comment avez-vous deviné ? »

– « Eh bien, répond l’aérostier, c’est simple : tout ce que vous m’avez dit est techniquement correct, mais je n’ai aucune idée de ce que je peux faire de votre information, et le fait est que je suis toujours perdu ! »

L’homme à terre répond alors :

– « Vous devez être un Manager ! »

– « C’est exact » répond l’aérostier, « mais comment avez-vous deviné ? »

– « Eh bien c’est simple », répond l’homme à terre. « Vous ne savez pas où vous êtes ni où vous allez. Vous avez fait une promesse dont vous n’avez aucune idée de comment vous allez la tenir, et vous supposez que je vais régler votre problème. Le fait est que vous êtes exactement dans la position où vous étiez avant que l’on se rencontre, mais maintenant, quelque part, c’est de ma faute ! »

A vous ! Questions de coach :

  • Manager, quel écho trouve cette blague en vous ?
  • Managé, qu’en pensez-vous ?
  • Que vous inspire l’échange entre l’ingénieur et le manager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.